Une pétition contre le présidium de l’Union sacrée a déjà recueilli plus de 200 signatures. Les membres visés par cette pétition sont Mboso, Bemba, Sama Lukonde, Bahati Lukwebo et Augustin Kabuya. Les députés contestataires cherchent à destituer ces dirigeants, qu’ils accusent de pratiquer le népotisme et de favoriser une forme d’oligarchie, en raison de la désignation du ticket de la plateforme au bureau de l’Assemblée nationale.

Les opposants à Mboso et aux autres membres du présidium critiquent également la composition de la commission chargée du traitement des candidatures. La majorité des membres de cette commission sont considérés comme étant proches de l’actuel président du bureau provisoire, dont la candidature est rejetée. Il convient de souligner qu’un événement sans précédent s’est déroulé le lundi 13 mai, mettant en évidence le fait que les Congolais sont loin de laisser leur ego de côté au nom de l’intérêt supérieur de la nation.

Si les différentes factions ne parviennent pas à faire preuve de compromis, il est possible que l’élection et l’installation du bureau définitif, prévues pour le 18 mai, se terminent dans l’impasse. Il est donc impératif que chaque groupe fasse preuve de flexibilité afin d’éviter une situation problématique.