Dans le cadre de l’élection et de l’installation du Bureau définitif de l’Assemblée nationale, la Commission chargée de l’examen des candidatures a déposé son rapport au Bureau provisoire de l’Assemblée nationale, conformément à la Décision n° 004 CAB/P/AN/MNPC/2024 du 8 mai 2024. Ce rapport révèle les candidats retenus pour occuper les différents postes clés au sein du Bureau définitif.

Selon ce rapport, les résultats des candidatures sont les suivants :

  1. Président de l’Assemblée nationale : Honorable KAMERHE LWAKANINGINYI KINGI Vital
  2. Premier Vice-Président de l’Assemblée nationale : Honorable TSHILUMBAYI MUSAWU Isaac Jean-Claude
  3. Deuxième Vice-Président de l’Assemblée nationale : Honorable MBOSO N’KODIA PWANGA Christophe
  4. Rapporteur de l’Assemblée nationale : Honorable DJOLI ESENG’EKELI Jacques
  5. Rapporteur-Adjoint de l’Assemblée nationale : Honorable MUNONGO INAMIZI Dominique
  • Honorable MUTAMBA TUNGUNGA Constant
  1. Questeur de l’Assemblée nationale : Honorable POLIPOLI LUNDA Chimène
  2. Questeur-Adjoint de l’Assemblée nationale : Honorable BEMBA WALE Caroline

Cependant, cette décision a suscité une vive grogne parmi les députés nationaux et l’opinion publique. Des voix se sont élevées pour dénoncer un manque de démocratie au sein de l’Assemblée nationale, en particulier en ce qui concerne l’élection des membres du Bureau définitif. L’un des points de friction majeurs réside dans le fait que le député Antipas Mbussa Nyamwisi, candidat au poste de Deuxième Vice-Président, a été écarté, laissant ainsi Christophe Mboso comme seul candidat à cette fonction.

Cette décision a ravivé les préoccupations quant à la transparence et à l’équité des élections au sein de l’Assemblée nationale. Les détracteurs affirment que de telles pratiques compromettent la légitimité des représentants du peuple et sapent les principes fondamentaux de la démocratie.

Il est essentiel de souligner que la démocratie et la représentativité doivent être respectées dans toutes les instances gouvernementales, y compris au sein de l’Assemblée nationale. Les citoyens et les députés appellent à des réformes pour garantir des élections justes, transparentes et démocratiques, afin de préserver l’intégrité du processus politique et la confiance du peuple en ses représentants.

Il reste à voir comment cette situation évoluera et si des mesures seront prises pour répondre aux préoccupations exprimées par les députés nationaux et l’opinion publique. L’avenir du Bureau définitif de l’Assemblée nationale et de la démocratie au sein de cette institution clé du pays reste incertain et suscite de nombreuses interrogations.