Les experts onusiens mandatés par le Conseil de sécurité des Nations unies ont rendu leur rapport sur la situation en République démocratique du Congo (RDC). Un état des lieux sur le niveau de violences auquel est confronté le pays et notamment les provinces de l’Est. L’une des révélations de ce rapport est le rôle que l’Ouganda voisin joue dans le conflit qui oppose les forces loyalistes de RDC au groupe armé M23, soutenu par le Rwanda.

Le rapport démontre comment les officiels ougandais ont laissé les troupes du M23 et de l’armée rwandaise transiter par l’Ouganda sans aucune limite. Une présence importante et visible qui, selon les experts, n’a pas pu passer sous les radars du renseignement ougandais. Le rapport conclut donc à un support actif de certains officiers de l’armée et du CMI.

Les experts onusiens révèlent également que des responsables du mouvement armé se sont aussi rendus en Ouganda. Selon le rapport, Sultani Makenga, le chef militaire du M23, a été signalé plusieurs fois cette année à Entebbe et Kampala. Corneille Nangaa, le chef de la branche politique, a lui résidé un temps dans la capitale ougandaise. Il y a même tenu des réunions avec des représentants de certains groupes armés congolais.

Les nations unies notent également l’enrôlement forcé des enfants de 10 et 12 ans et des réfugiés dans les rebelles du M23 soutenus par le Rwanda.

En RDC, le rôle de l’Ouganda dans le conflit de l’Est est sujet à des divergences. On se souviendra que Vital Kamerhe a été l’un des premiers officiels congolais a évoqué l’agression « rwando-ougandaise » dans la partie orientale de la RDC.

Cephas Kabamba